Sébastien LATOUR
Product Manager

Bientôt tous dans les nuages ?

L’image est poétique, mais c’est de technique qu’il s’agit.

Votre application est-elle installée sur votre poste ? Sur votre serveur d’entreprise ? Ou sur un serveur inconnu mis à disposition par votre fournisseur de logiciel ou votre service informatique ?

Le plus souvent, l’utilisateur final ne le sait pas !

Comme les applications les plus puissantes peuvent désormais fonctionner dans un navigateur, il n’y a plus de limite. Et si le réseau le permet, l’application et les données peuvent être sur onnesaizou.com ou icioula.org, bref… dans les nuages !

En effet, l’infonuagique (ou le moins doux « cloud computing ») et le stockage dans le cloud sont devenus les principaux moyens de diffuser de l’information et de proposer des applications en ligne.

Le trafic d’information dans les data center a été multiplié par quatre entre 2010 et 2015 (cisco).

Les prévisions de croissance restent très hautes pour le cloud, et encore plus pour les objets connectés (dont les informations transitent par le cloud).

Ainsi, les ventes d’applications cloud devraient encore doubler entre 2016 et 2020 (jemmresearch).

Encore un chiffre, les trois quarts des entreprises devraient adopter une solution de cloud analytique dans les 3 ans (zdnet), full cloud ou hybride.

C’est une tendance forte !

DIMO Maint accompagne ce mouvement en proposant sa solution de GMAO DIMO Maint MX uniquement seulement disponible en cloud.

Les avantages d’une application cloud

  • Déploiement immédiat : une version en ligne maintenue par l’éditeur.
  • Disponibilité depuis n’importe où
  • Cloudification des serveurs aussi ! plus de problème de renouvellement ou de mise à jour des machines par votre service informatique.
  • Baisse des coûts par une économie hardware et logistique (maintenance) par le client, et du fait de la mutualisation des coûts d’infrastructure par l’éditeur.
Classé dans : Actualités DIMO Maint, Blog GMAO, Nos solutions, Tendances

Partager cet article :

  • Viadeo
Commenter cet article