Orolux prête pour la maintenance du futur avec DIMO Maint MX

La société suisse met en place une stratégie de maintenance préventive et de maîtrise des coûts

Témoignage GMAO Orolux


Orolux,
fabricant de boîtes de montres, située au Noirmont, emploie près de 300 personnes. Membre certifié du RJC (Responsible Jewellery Council), il a comme clients un grand nombre d’acteurs du monde de l’horlogerie. Le besoin d’un suivi précis de ses interventions de maintenance a motivé le choix de DIMO Maint MX.

Une gestion de la maintenance centralisée

L’activité occupe 7 personnes pour les différentes entités suisses. Cette ressource commune permet plus de flexibilité et l’optimisation des compétences. Un responsable gère cette équipe en collaboration avec les référents de chaque entreprise concernée.

Réduction du curatif et maîtrise des coûts comme objectifs de départ

Il arrivait que les techniciens, dépourvus d’un outil de suivi, effectuent les mêmes interventions à quelques jours d’intervalles. D’autre part, la maintenance préventive et les nettoyages courants (filtration) n’étaient pas répertoriés. Conséquence : l’activité était focalisée sur du curatif plutôt que sur l’anticipation du préventif.

Cette situation chronique devait être résolue, tout en conservant réactivité et flexibilité – notamment via la mobilité – l’objectif étant de maîtriser l’évolution des coûts de maintenance sur les équipements et d’organiser le travail des techniciens de manière plus rationnelle. Cela passait nécessairement par la mise en place d’un outil de suivi destiné à prévenir ces problèmes récurrents sur la base d’informations précises.

Un besoin d’une GMAO conviviale et évolutive

Techniciens GMAO Orolux « Le choix de DIMO Maint s’est fait suite à l’observation attentive des solutions de GMAO du marché. Ensuite, un fournisseur utilisant cette solution en addition du même ERP que nous utilisons nous a convaincu de sa pertinence et de son efficacité au regard de nos besoins » raconte David Lanz, responsable Achats Industriels chez Orolux.

La solution DIMO Maint MX répondait à l’exigence de simplicité, de convivialité et d’évolutivité de l’entreprise. La gestion en mode Cloud, initialement perçue comme limitante, permet aux équipes in fine de se concentrer sur leur métier tout en utilisant une solution performante dont le « + » majeur est la mobilité. Les techniciens par ailleurs disposent d’informations fiables sur le terrain pour effectuer les tâches nécessaires sans contraintes administratives.

A chacun son « scope » opérationnel !

Pour M. Lanz, « l’ERP maison doit se limiter à la gestion courante dans la limite de ses prérogatives. Nous avons opté pour une utilisation de MX un peu bridée car les processus de commandes et de gestion des stocks sont gérés par l’ERP. Par contre, les données sont remontées dans DIMO Maint MX via des fichiers plats ».

Selon lui, un logiciel adapté doit répondre à une utilisation sur un domaine spécifique, dans le cas d’Orolux, l’ordonnancement et la maintenance. « Il est difficile d’avoir un outil à tout faire qui évolue en conséquence. C’est pourquoi nous optons maintenant pour des outils spécifiques venant s’ajouter à l’ERP ».

Meilleur suivi, contrôle des coûts optimisé et mise à disposition d’une information unifiée

Les bénéfices attendus portent principalement sur l’amélioration du suivi des appareils d’un point de vue SAV, des garanties et des interventions. L’outil propose un historique clair et concis de chaque machine et des interventions effectuées. La mise en œuvre de la solution de GMAO permettra une évaluation fine des coûts de maintenance par machine, mais aussi d’avoir une vue globale sur la répartition des ressources, des pannes etc.

Enfin, Orolux disposera d’un outil de gestion des temps et d’indicateurs pour jauger tous les éléments évoqués précédemment. La solution s’intègrera dans le SI d’entreprise et le mode de fonctionnement pour interagir avec les collaborateurs et l’ERP en facilitant l’accès aux informations pour tous.

La maintenance du futur doit offrir une vision transverse

Pour D. Lanz : « La maintenance du futur doit se fondre dans l’activité de l’entreprise en proposant un accès optimal aux informations relatives aux équipements et aux plannings de production. Elle doit faciliter l’accès aux ressources disponibles pour fluidifier les interventions et minimiser les pannes ».

En résumé, les prérequis d’une solution performante de gestion de la maintenance sont les suivants : rapidité et efficacité dans les interventions curatives, proactivité pour les interventions préventives sur un panel de métiers bien précis. Tout cela à travers des interfaces conviviales et mobiles permettant d’accéder aux informations en temps réel.

Partager cet article

Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email